Humanitaire

Le DG de la FAO José Graziano Da Silva était au Tchad

L’impact des violences des extrémistes a fait déplacer des milliers d’âmes soumises à l’accès aux terres et actifs agricoles provoquant ainsi des besoins vitaux immenses dans le bassin du Lac Tchad. Le Directeur général de la Fao José Graziano Da Silva a  effectué une visite au Tchad le 6 avril dernier pour s’imprégner des réalités que vivent les refugiés et déplacés.

Oscar Djinan

Dans le cadre des activités d’urgence, l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture et l’alimentation (FAO) a vu son Directeur général venir au pays de Toumaï pour s’enquérir des réalités du terrain et échanger avec les autorités sur les défis de la sécurité alimentaire. Depuis sa prise de fonction en 2012, c’est pour la première fois que le Directeur général de la Fao, José Graziano Da Silva a foulé le sol tchadien pour constater de visu la situation dans laquelle vivent des milliers de personnes dans le bassin du Lac-Tchad. Il est accompagné dans cette visite du sous Directeur général de la Fao, représentant régional pour l’Afrique Mr Boukar Tijani. L’objectif de la visite est de rencontrer les autorités tchadiennes et échanger avec elles sur  les défis liés à la sécurité alimentaire et à la nutrition, en mettant l’accent sur l’agriculture durable et l’élevage pour améliorer les conditions de vie des populations touchées par la crise  du Lac-Tchad.

José Graziano Da Silva, cet Italo-brésilien a affiné l’Organisation afin de concrétiser la vision d’un monde libéré de la faim. Il s’occupe depuis plus de 30 ans des questions liées à la sécurité alimentaire, au développement rural et à l’agriculture. Fort de ces expériences, il a fait le terrain pour constater la situation à laquelle la population du bassin du Lac-Tchad est  confrontée et, appuyer la nécessité de soutenir les efforts locaux pour accroître la résilience des populations dans les zones rurales dont les moyens de subsistances agricoles ont été durement touchés par les crises récurrentes dans la région. La stratégie à long terme de la Fao pour la région du Lac met particulièrement l’accent sur le soutien aux refugiés, aux familles déplacées à l’intérieur du pays et aux communautés d’accueil car, ce sont les groupes les plus vulnérables de cette crise. C’est dans ce cadre que  des séances de travail  avec les autorités tchadiennes ont eu lieu le 6 avril dernier à N’Djaména. Il a eu un tête-à-tête avec le chef de gouvernement, puis une séance de travail avec les ministres en charge des portefeuilles liés au mandat de la Fao à Hilton Hôtel. Cette rencontre avec les ministres, Brah Mahamat, Abderahim Younous, Asseid Gamar Sileck avec la délégation conduite par José Graziano Da Silva a débouché sur certaines orientations pour  lutter efficacement contre la crise alimentaire. « Ma venue au Tchad est avant tout d’exprimer à la communauté internationale que la crise humanitaire est une crise écologique», a déclaré José Graziano Da Silva à la presse.

 

Pour rappel, cet agronome rompu a dirigé l’équipe qui a élaboré le programme « Faim Zéro ». Ce programme a contribué à venir au secours des millions de personnes plongées dans la faim et de l’extrême pauvreté en mettant l’accent sur l’intégration sociale et en coordonnant les politiques qui relèvent des défis d’ordre macroéconomique, social et productif. Au moment où la situation de la sécurité alimentaire n’est pas rose dans le Lac-Tchad, cette visite permettra d’engranger des dividendes importants pour une issue de sortie de crise alimentaire et vaincre la faim ainsi qu’arriver au programme « Faim Zéro ». Il est aussi à rappeler que, c’est l’humanité toute entière qui est confrontée à cette situation d’insécurité alimentaire, selon le dernier rapport mondial sur la crise alimentaire. Ce rapport informe qu’en 2016, 108 millions de personnes dans le monde vivaient en situation d’insécurité alimentaire. Ce qui représente une hausse considérable de près de 30% par rapport à l’année 2015 pendant laquelle le chiffre était juste de 80 millions de vulnérables.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir