Gestion de l’Union pour le renouveau et la démocratie(Urd)

Chronique d’une autopsie  politique

Au regard de la crise qui a secoué le parti l’Union pour le renouveau et la démocratie (Urd) au lendemain du décès de son père fondateur Kamougué Wadal Abdelkader, le nouveau président national Romadoumngar Félix est allé à la rencontre des militants dans des régions méridionales du pays pour la remobilisation des troupes depuis le 23 mars dernier.

Armel Allarambaye, envoyé spécial

Il n’est point à douter que  l’Union pour le renouveau et la démocratie (Urd)  a traversé une période de turbulence dès la disparition tragique de Kamougué Wadal Adelkader. Conséquence, le parti se retrouve un peu  fragmenté, fragilisé même si la justice a dit le droit en reconnaissant le nouveau bureau exécutif issu du congrès extraordinaire du mois  d’août 2015 qui a porté à la tête du parti Romadoumngar Felix  comme président national. Deux ans de soubresaut politique et de balbutiement des militants, le bureau exécutif a jugé utile d’aller à la rencontre des militants de la zone méridionale du pays, le bastion de l’Urd. De tout le périple, dont le début a été amorcé dans la région du Mayo-Kebbi Est précisément la ville de Guelendeng, il a été bien évidement question de rappeler les militants de la non division de l’Urd et que ce parti  n’a pas disparu sur la scène politique  nationale « Il n’y a pas deux Urd. Il n’y en aura jamais. Beaucoup des gens pensent que  l’Urd est mort, je vous dis non! Kamougué de son vivant nous a toujours dit : ne m’enterrez pas avec le parti. Fort de cette déclaration de réconfort de notre père fondateur, je vous avoue que le parti est debout, il fonctionne normalement», a déclaré Romadoumngar Félix  aux militants.

En effet, l’objectif de cette tournée politique qui a eu la mise à profit des députés de l’Urd est de remettre les pendules à l’heure par la remobilisation des troupes pour la conquête des voix dans les prochaines années. Aussi que la rassurance se dessine depuis l’angle aigüe avec comme point d’orgue, la redynamisation des cellules de bases notamment les bureaux régionaux, départementaux, cantonaux etc. C’est à comprendre une chose. Il faut endiguer les points de divergences et balayer du revers de la main les déclarations de mauvaises langues dénigrant la vitalité de l’Urd. De Guelendeng à Moïssala en passant par  Gounou Gaya, Mbaïbokoum, Larmanaye, Goré, Doba, Bedjondo, Koumra, Sarh etc, de l’avis des membres de la délégation, cette tournée n’est en rien une visite de campagne politique mais une manière de baliser le terrain. Pour Daoud Ibni, vice-président de l’Urd, il faut aller en guerre contre  les troubles faits. « Il est vrai que nous avons été frappés par la crise. Un état  de fait qui nous a éloigné de notre  base. Maintenant que les choses sont lancées  sur des nouvelles bases, le concret révèle que les effets subsistent par endroit. Alors, il est d’une impérieuse nécessité de revoir les lignes de conduite », a indiqué l’honorable  Daoud Ibni.

Une tournée à effet concret

Sur le théâtre de combat  politique entrepris depuis le 23 mars dernier, le cercle restreint devant participer aux entrevues de reconversion a répondu au rendez-vous. A l’analyse des  interventions de différents militants lors des conciliabules, le bureau exécutif s’est adoubé et criblé de mission  aussi lourde que possible. «Restez à notre écoute. Nous sommes bâillonnés, car avec le  décès de Kamougué nous pensons être orphelin maintenant que vous êtes venu à notre rencontre,  nous espérons que les choses rouleront sur les rails », peut-on comprendre des interventions des uns et des autres. Ardu, le nouveau bureau exécutif entend secouer le cocotier. « Tout le monde est orphelin. Nous le sommes autant que vous. L’idéologie de Kamougué reste et les riches enseignements et expériences que nous avons appris de sa part, nous conduiront à parachever les actions qu’il a entreprises de son vivant. Soyez mobilisés et tout ira pour le mieux », déclare Romadoumngar Félix. Dans la nomenclature relookée assortie de ces journées, il est à retenir la pérennisation de l’initiative, la précision de position de l’Urd, qu’il demeure jusqu’à preuve du contraire une formation politique de l’opposition, membre de la coordination des partis politiques pour la défense de la constitution(Cpdc). D’une vue panoramique, l’on retiendra la persistance  dans l’action et l’assistance pour reconquérir les sièges aux législatives à venir et là, le compte à rebours est lancé. De tout et rien le terminus a débouché sur un retour dans les six mois prochains.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir