Enlèvement d’un ressortissant français au Tchad

Qu’est ce qui se cacherait derrière l’enlèvement du ressortissant Français?

Un ressortissant français travaillant pour le compte d’une société d’exploration minière a été enlevé le jeudi 23 mars dernier dans le Dar Sila par des individus armés. L’on s’interroge sur les motifs réels de son kidnapping, intervenu au lendemain de la visite au Tchad de la candidate du Front national à la présidentielle française Marine Le Pen.

Juda Allahondoum

A l’annonce de ce kidnapping, l’on croyait à un second enlèvement d’un personnel humanitaire après celui de Laurent Meurice, cet agronome français travaillant pour le compte de l’Ong CICR enlevé en novembre 2009, par un groupe soudanais du Darfour, et libéré trois mois plus tard. Mais, non ! Selon des témoignages reçus, l’otage du jeudi 23 mars dont l’identité reste jusque-là inconnue, travaillait  pour le compte de Tekton Minéral, une société qui aurait obtenu les licences pour l’exploration minière dans la zone de Sila. Le quinquagénaire ressortissant français a été kidnappé par des individus armés à bord d’une moto, dans la bourgade de Doroti, située à une cinquantaine de Km de la ville de Goz Beïda, chef-lieu de la région de Sila, frontalière avec la République centrafricaine et le Soudan. Et aux dernières nouvelles, il se trouverait au Soudan, a-t-on appris des sources officielles vendredi 24 mars. Qui sont ses ravisseurs ? Pour l’heure, aucune revendication du rapt n’est faite. Mais, selon des sources concordantes, il pourrait s’agir des éléments du Mouvement pour la Justice et l’Egalite (MJE) du Soudan qui opèrent depuis plus d’une dizaine d’années dans cette zone. La piste qu’il s’agirait d’un mouvement rebelle tchadien émise par certains observateurs, est de plus en plus écartée. 

Pourquoi un ressortissant français ?

Pour nombre d’observateurs, les ravisseurs de cet ancien militaire français, reconverti dans le civil, chercheraient à travers ce rapt, obtenir des autorités françaises ou tchadiennes, la rançon comme ils en avaient l’habitude de le faire.  Connu que le Tchad est en crise, et que la France est dans une période électorale, cette prise d’otage serait un appât pour ces bandits, de toucher à la sensibilité des candidats en lice et en faire la surenchère. Le fait qu’il soit intervenu pendant le voyage de Marine Le Pen au Tchad n’est pas fortuit. Sans nul doute, les autorités françaises ou les candidats à la présidentielle française traiteront ce dossier avec beaucoup d’attention. Et c’est d’ailleurs ce que recherchent ces preneurs d’otage.

En outre, les autorités Tchadiennes qui ont déjà condamné l’acte et promis mettre tout en œuvre pour retrouver le seul français enlevé ne lâcheront pas prise. Surtout aussi que Déby Itno, devenu l’allié privilégié de la France dans la lutte contre le terrorisme en Afrique a soigné ses relations avec El-Béchir ces dernières années, il n’est pas à exclure que les forces armées tchadiennes traversent la frontière pour chercher l’otage français. Aussi, il ne faut pas oublié que le pouvoir de N’Djaména n’a cessé d’apporter son soutien aux mouvements sécessionnistes darfouriens. Et si les informations selon lesquelles les ravisseurs seraient les éléments du MJE se confirmaient, Déby pourrait tout simplement décrocher son téléphone Thuraya pour que le français soit éconduit là où il a été enlevé. Toutefois, il s’agira là d’un deal quand on sait que pour préserver la vie de l’otage, il faut faire preuve de diplomatie, au risque de le voir exécuter par ses ravisseurs pour qui seuls le dinar compte.

Cette prise d’otage interpelle à plus d’un titre, les autorités tchadiennes quant à la porosité des frontières du Tchad avec les pays voisins. Si les preneurs d’otages ont facilement traversé la frontière avec leur victime, cela veut dire, qu’il y a de quoi à s’inquiéter de la sécurité des populations vivant tout au long des frontières. Les forces de l’ordre et de sécurité se doivent plus de vigilance et veiller au grain, car le pays n’est pas à l’abri des menaces sécuritaires pouvant provenir des pays voisins.

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir