Moubarack Yonga Ketchemen

 

Un récidiviste usurpateur de titre

Connu pour son goût immodéré d’argent, cet ex employé de la chaine de télévision Al Nassr bien qu’expulsé du territoire national en 2000 pour irrégularités de séjour,   userait de tous les moyens pour revenir s’installer au Tchad.  Aussi qu’il se fait passé pour un journaliste à Afrique Média. Et pourtant...

Djasrabé Ndingamndôh

 

Que n’a-t-on pas dit au sujet de passage des résidents irréguliers au Tchad de la trame de Moubarack Yonga Ketchemen ? Ils sont plusieurs à entrer dans le territoire national sans être inquiétés. Déjà que votre hebdomadaire dans sa livraison n°32 du 7 décembre dernier avait dénoncé les manœuvres dilatoires de ce Camerounais rompu de tacts d’escroquerie qui a signé un deal avec l’ex ministre du Développement touristique, de la Culture et de l’Artisanat M. Youssouf Abassalah  au compte d’une agence de communication inexistante sinon montée de toutes pièces pour gagner le marché d’organisation de l’élection Miss Tchad 2017. L’histoire entendrait raison et la tendance a changé pour confier l’organisation de cet événement à une autre agence. Toujours égal à lui-même, l’homme se cache derrière le nom de la chaine Afrique Media pour avoir carte blanche dans presque toutes les institutions et soutirer de l’argent aux fortunés. Tellement la nouvelle court si vite que Abdollahi Sadou, directeur de la télévision Afrique Média a produit une note depuis le Cameroun pour informer l’opinion de ne pas reconnaître ce marchand de journaliste. « Nous souhaitons par la présente vous informer que monsieur Moubarack Yonga Ketchemen n’agit nullement au compte d’Afrique Média si ce n’est à son propre compte et pour ses intérêts. A cet effet, nous ne sommes pas responsables de ses actes, des engagements qu’il aurait pris. La seule autorité et pouvant agir au nom d’Afrique Média à N’Djamena reste et demeure Daniel Ndoh Nadjitan. L’entrée en fonction de cette note est effective dès ce jour et j’attache du prix», a-t-il tranché.  Ce genre de larcin, il y en a de trop qui continuent de discréditer le métier. Le service d’immigration ainsi que celui des renseingnements doivent  s’activer pour mettre à nu et retrouver tous les immigrés qui non seulement ne sont pas en règle mais usurpent le nom des organes de presse pour soutirer de pactole aux hauts cadres de ce pays au lieu de chasser les activistes et les journalistes qui ne font qu’exprimer leurs idées et dire tout haut ce que le peuple dit tout bas.  Aux dernieres nouvelles, Moubarack serait convoqué à la police pour une affaire d’escroquerie. Nous y reviendrons. 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir