Livre

Kittir Junior publie « Le pouvoir de la violence »

« Le pouvoir de la violence »  est le 1er tome d’une trilogie, que Zakaria Fadoul Kittir Junior a présenté au public le 24 mars dernier dans la grande salle du CNAR. Ce baministe estime qu’il faut changer la gouvernance basée sur la violence pour offrir aux populations un lendemain meilleur.

Abdoulaye Mbata Nder

Toutes les formes de violence sont la résultante de la mauvaise gouvernance. C’est ce que justifie le titre de cet essai « pouvoir de violence » selon son auteur Zakaria Fadoul Kittir Junior. Dans cet essai de 268 pages paru aux Editions Sao, l’auteur, évoque l’amour entre les jeunes adolescents tels que Bachar, Ali, Seidé, Haloum et autres… qui  innocents voient la vie en rose, sans se soucier des événements qui les entourent et qui influent, d’une manière à une autre, sur leur environnement. C’est une histoire d’amour et de guerre qui cohabitent. Selon Zakaria Fadoul Kittir Junior «  Ces jeunes tentent de mener une vie normale, dédiée à toutes les générations dans les  pays normaux. Mais, comme ils sont nés et ont grandi  dans cet environnement hostile de troubles permanents, ils cherchent à s’accommoder tant bien que mal, pour ne pas tomber dans le désespoir », ajoute -t-il. Dans cet essai, il  est aussi question de guerre. Les guerres sont engendrées, le plus souvent par des gens qui sont à la recherche d’un pouvoir sans partage. Cependant, bien que cette œuvre soit   un  essai, elle reflète ce que nous vivons  quotidiennement. Les situations décrites sont d’actualités dans la plupart de nos Nations. « C’est le lot quotidien de nos populations un peu  dans le monde. Les violences et les injustices qui génèrent des frustrations, des révoltes et des guerres, dans une spirale sans fin», a martelé l’auteur. A travers cet essai, l’auteur interpelle  également  les acteurs politico-militaires. Il estime que l’on peut faire des choses autrement que par la violence, la gabegie et les mensonges qui sont érigés en système de gouvernance. Selon lui, les solutions sont pourtant disponibles et pertinentes.  « Ce sont entre autre, la bonne gouvernance avec un partage du pouvoir, la bonne gestion des ressources financières et naturelles, et une justice saine et équitable pour tous les citoyens partageant un même espace vital, qui sont les seuls gages d’un bien-être, d’une bonne cohabitation entre les communautés interdépendantes et d’un développement harmonieux de nos pays et de nos peuples », indique Zakaria Fadoul Kittir Junior.

L’auteur est né pendant les troubles des guerres des années 65, qu’avait connues le Tchad. Zakaria Fadoul Kittir Junior avait fui tout jeune, ce désordre pour se refugier au Bénin,  avant de s’envoler en Russie après avoir obtenu une bourse d’étude. Ce détenteur du diplôme d’ingénieur d’Etat en hydrotechnique et bonification, et ex Dg de l’Office national de la sécurité alimentaire (Onasa) a par son essai de tome 1, augmenté les rayons des livres littéraires tchadiens. Ainsi dans les prochains tomes qui seront la suite du premier, il confirme continuer à démonter la nuisance de l’utilisation de la violence sous toutes ces formes. Il faut aussi le rappeler qu’il membre   fondateur du Mouvement patriotique du salut (Mps).

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir