Hôpital régional de Moundou

Une résidence des broutards

Le personnel soignant du pavillon des urgences de l’hôpital régional de Moundou s’adonne jour et nuit au vol des médicaments et à l’arnaque des patients sous le nez et la barbe du Directeur général dudit hôpital Djong Yan Fadandi. Un tour dans cette formation sanitaire permet de s’imprégner des réalités.

Steven Ngarhokarial, correspondant local

S’il est connu, depuis des lustres, qu’un grand nombre de Moundoulais dépourvus de moyens meurt à cause de la barbarie des agents affectés au pavillon des urgences de l’hôpital régional de Moundou, ce qui se passe actuellement dans cette case frise le scandale. Ce pavillon semble se transformer davantage en une caverne des hommes aux bras longs, moins encore des pillards de tout acabit. En effet, le Directeur général de l’hôpital M. Djong Yan Fadandi et ses copains broutent tous les produits envoyés de N’Djaména sur leur passage, laissant les malades dans la tourmente. Ainsi, la gratuité des soins décrétée par le chef de l’Etat  n’est qu’une chimère. C’est sans doute, ce qui explique la pénurie de médicaments dans cette structure sanitaire régionale en cette période où certaines maladies causées par la chaleur et surtout, la bavure des éléments de Brahim Djali, enfoncent plus d’une population dans la géhenne terrestre. Il est à remarquer que pour recevoir des soins au pavillon des urgences, les agents en service imposent aux malades venus des villages environnants de Moundou un chemin de croix. « Ces bandits m’ont fait voir de toutes les couleurs durant mon hospitalisation. Mieux vaut fermer les portes de ce mouroir qui n’avantage que le Directeur Fadandi et sa bande de destructeurs. C’est ce qui pousse beaucoup de nos frères à avoir recours aux racines des plantes pour se soigner», lâche sèchement un patient visiblement fatigué et prêt à en découdre avec les agents du service de la pharmacie des urgences, qui se muent plutôt en brigands pour arnaquer à ciel ouvert les malades avec la bénédiction du Directeur Général de l’hôpital.

 

Fadandi dans ses œuvres !

Corrompu jusqu’à la moelle épinière, le Directeur général M. Djon Yang Fadandi ne cesse de provoquer le courroux des gardes-malades par le comportement de ses hommes de mains qui refusent de prendre normalement en charge leurs patients la nuit pour des raisons dont on ignore. En effet, ces pauvres  sont laissés entre les mains des stagiaires parachutés des écoles professionnelles de la région. Comme des réparateurs d’antennes paraboliques, les rejetons des docteurs Kacdjé Namendei et Djongali Berniba Frédéric, tous deux patrons des écoles socioprofessionnelles de la santé, font tourner les malades dans tous les sens. Dans l’analyse de la chose, il est à constater que les médecins affectés dans les services des urgences de l’hôpital régional de Moundou, enterrent le serment d’Hippocrate par la faute de leur directeur Yang Fadandi qui allie malhonnêteté et la gestion managériale des ressources. La fièvre de cette canaillerie a également atteint la sage-femme Mba Anastasie de la maternité. Cette dame dont le nom signifie « étrangère » en Ngambaye, trainerait de lourdes casseroles. Pour ceux qui ont l’habitude d’arpenter les couloirs de son bureau, Mba Anastasie ne dégage pas une odeur de sainteté, face à son insouciance envers ses sœurs en grossesse.

Et « Yaya » Carmel n’a pas vu ça !

Mme Ngarmbatnan Carmel Sou IV, alors ministre de la Santé publique, était à Moundou pour lancer officiellement à Djako dans la Sous-préfecture de Dodinda, la journée nationale de vaccination contre la poliomyélite, tour de mars 2017. Durant son séjour, la ministre de la Santé n’a pas mis pied dans cette formation sanitaire qui enregistre tous les jours des cas de décès par manque d’un travail sérieux. N’ayant pas des bons courtisans pour glorifier sa grandeur, elle a quitté précipitamment Moundou. Les victimes de ses confrères de l’hôpital régional de Moundou n’ont qu’à attendre un peu!