Nous sommes visionnaires

« Celui  qui navigue  au  gré  du  vent  a  le  destin  d’une  feuille  morte »,  dit-on.  Ce  postulat est  plus  un  nouméa  qu’une  simple  vue  de  l’esprit  dans  un  monde très  compétitif  et  très  évolutif. C’est  un  secret  de  la  Palice  que  de  faire  remarquer  que  la  marche  du  monde  laisse  actuellement  peu  de  places  à  ceux  qui sont  incapables  de  prospection. C’est  pourtant ce  qu’on  reproche  légitimement  aux  leaders  politiques  africains  qui, depuis  l’aube  des  indépendances  ont  entrainé  leurs  peuples  dans  des  dédales  qui  ne  mènent  guère  à  des  destinations  sûres. Il parait  même  absurde  de  parler  de  gouvernance  pour  certains  leaders  tant,  la  gestion  de  la  chose  publique  économique  politique  et  sociale  est  très  hasardeuse.